Catégories
Archives Technologie

Transformer un ancien PC en NAS facilement avec Xpenology

Cet article a été publié à l’origine en 2015. Les informations citées dans cet article sont susceptibles d’avoir évolué.

INFORMATION IMPORTANTE : Cet article est ici à des fins informatifs. En effet, Synology interdit l’installation de son DiskStation Manager sur un autre système qu’un NAS Synology. Ceci équivaut donc à faire un Hackintosh. Je vous déconseille alors son utilisation au quotidien, sans compter qu’il ne s’agit que d’un hack avec des risques évidents d’instabilité. De plus, il existe des solutions gratuites et légales pour faire la même chose, comme FreeNAS

A quoi peut bien servir un NAS ?

Si vous ne savez pas ce qu’est un NAS (Network Attached Storage, stockage en réseau) c’est pour faire simple, un disque dur que vous mettez en réseau (héhé le nom est clair.) Vous pourrez accéder à ce disque dur depuis tous les appareils du réseau, mais aussi utiliser votre NAS comme une seedbox (pour télécharger des ISO d’Ubuntu en torrent… Ou la dernière superproduction de Marc Dorcel), mais également plein d’autres fonctions (surtout chez Synology) aussi bien pour les particuliers que pour les pros.

Après avoir cherché un peu sur le net, je n’ai pas trouvé de tuto en français suffisamment clair et récent. J’ai donc décidé de vous en faire un simple en français.

Étape 1 : Description du matériel.

Personnellement, j’utiliserai un Gateway DS10G équipé d’un Intel Celeron (dont j’ignore la référence), de 8Go de RAM et de trois disques durs de 160Go chacuns.

Les 8Go de RAM ne sont absolument pas nécessaires, 2Go suffiront amplement. Les NAS de Synology sont équipés de RAM entre 256Mo pour les NAS grand public et 4Go pour les plus gros NAS. Ce qui fait qu’un vieux PC peut parfaitement faire l’affaire.

Étape 2 : Récupérer XPenology.

Il vous faudra plusieurs outils pour installer votre NAS :

COMMUN

– Votre ancien PC à transformer en NAS (que j’appellerai FauxSyno)  À noter que vous pouvez très bien utiliser une machine virtuelle (je n’ai pas essayé)

  Un PC sous Windows (J’ai utilisé une machine virtuelle sur mon Mac) 

  Une clé USB d’au moins 256Mo

  Win32 DiskImager

  Synology Assistant

POUR UNE MACHINE 64BITS

  XPEnoboot 

  DiskStation Manager 5.1

POUR UNE MACHINE 32BITS

  Nanoboot 5.0.2.4

  • DiskStation Manager 5.0

canny PHOTO DS10G

Étape 3 : Créer la clé USB bootable 

Même procédure pour une machine 32 ou 64bits.

Connectez votre clé USB sur votre PC Windows, puis lancez Win32 DiskImager

Sous «Image File», pointez vers le fichier .img XPEnoboot ou Nanoboot que l’on a téléchargé

Patientez quelques secondes (c’est rapide) et votre clé USB est prête.

Étape 4 : Installer DSM 

Connectez votre clé USB sur votre FauxSyno, puis faites en sorte qu’il démarre toujours sur la clé. Notez que votre clé USB sera nécessaire pour démarrer votre FauxSyno, en effet, DiskStation Manager est installé sur la clé USB et non sur un disque dur.

A partir de là, vous n’avez plus rien à faire sur votre FauxSyno. Venez donc sur votre ordinateur, et installez Synology Assistant.

Après avoir scanné votre réseau, Synology Assistant va reconnaître votre FauxSyno comme un DS3615xs. Il faut maintenant préparer ce NAS pour qu’il soit utile.

Pour ce faire, faites un clic droit sur votre NAS, puis Installation.

L’assistant d’installation vous demandera un fichier .pat qui correspond au DiskStation Manager 5.0 (pour les 32bits) ou 5.1 que vous avez téléchargé auparavant. 

Après ça, DS Assistant va vous demander un mot de passe et un nom de serveur. 

Ensuite, vous pouvez choisir d’assigner une IP fixe ou laisser faire votre box. Je vous conseille d’assigner une IP, afin de toujours trouver votre NAS à la bonne adresse.

L’installation se fait, et à la fin vous pourrez accéder à l’interface de gestion de DSM depuis votre navigateur Web en cliquant sur «Se connecter à *nom du NAS*».

Identifiez vous avec «admin» et votre mot de passe.

DSM vous proposera de télécharger et d’installer automatiquement les mises à jour, ce que l’on va refuser car votre FauxSyno ne pourra pas être mis à jour par le biais direct de Synology

Sélectionnez donc la troisième option 

Étape 5 : Créer un volume et partager des fichiers

Après ça vous devrez créer un volume. Pour ce faire, ouvrez l’application «Gestionnaire de Stockage».

Dans l’onglet Volumes, cliquez sur «Créer», sélectionnez «Personnalisé», puis «Volume unique sur RAID» 

Vous pourrez choisir entre plusieurs RAID en fonction du nombre de disques durs. Voici un petit récapitulatif :

RAID0 : Exploite tous vos HDD pour faire un seul gros volume (aucune sécurité)

RAID1 : Copie les données sur tous les disques. Vous avez donc un seul volume de la capacité du plus petit de vos disques, mais avec une sécurité.

RAID5 : L’idéal si vous avez 3 disques de même taille dans votre NAS. Avec trois disques de 160Go, vous obtenez un volume de 320Go. Un des trois disques est utilisé pour la sécurité des données. Pour simplifier à l’extrême, il s’agit de la rencontre du RAID 0 et du RAID 1.

Pour l’exemple ici, j’ai choisi un RAID 0 pour avoir le plus d’espace disponible.

Laissez DSM travailler. 

Ensuite, vous allez créer des utilisateurs. Ça se passe dans le panneau de configuration, icône Utilisateurs. 

Cela permet d’accorder l’accès à différents utilisateurs à différents répertoires partagés.

Ensuite, sous Service de fichiers, activez les partages que vous souhaitez (Partage de fichiers Windows, Mac ou NFS (qui permet d’accéder à votre NAS depuis votre TV connectée ou votre Box.) Une fois ceci fait, retournez à votre panneau de configuration.

Et enfin, créez des dossiers partagés. Sous Dossier partagé, créez vos dossiers, puis accordez l’accès aux utilisateurs de votre choix.

Pour finir, rendez-vous dans votre Finder (ou votre explorateur de fichiers), et vous verrez apparaître votre FauxSyno dans la catégorie «Partagés» dans la barre latéral. Cliquez dessus, et connectez-vous avec votre nom d’utilisateur et votre mot de passe définis plus haut.

Et voilà vous avez un NAS à pas cher, pour essayer DSM !

 

Bien entendu cette solution n’est pas exempte de défauts. 

Par exemple, un PC consommera nécessairement bien plus d’énergie qu’un NAS.

Ceci reste un hack, donc il menace à tout moment d’arrêter de fonctionner sans prévenir. C’est donc compliqué de faire confiance à votre FauxSyno pour stocker vos données.

Les mises à jour de DSM ne sont bien sûr pas supportées dès leur sortie par votre FauxSyno, il faut attendre que l’équipe de XPEnology la porte et c’est assez bordélique à mettre à jour.

Plusieurs fonctionnalités ne fonctionnent pas, comme le WOL ou encore l’accès à l’extérieur de votre domicile.

Et, raison d’autant plus valable, cette solution n’est pas très légale.

Au final c’est une bonne solution pour tester le système avant l’achat d’un vrai NAS Synology.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *