Catégories
Apple Technologie

Mon avis : neuralMatch, la suite de l’histoire

Il y a quelques semaines de cela, Apple annonçait des nouvelles mesures de protection pour les enfants, impliquant entre autres l’analyse des photos des utilisateurs lorsque ces dernières étaient envoyées sur les serveurs d’iCloud, alors que la photothèque iCloud était activée.

J’en avais parlé dans cet article, dans lequel j’émettais des réserves quant aux dérives potentielles du système.

Mais, suite à la polémique que l’annonce de ces nouvelles mesures a provoqué, Apple est entrée en mode gestion de crise, avec des commentaires de Craig Federighi notamment, qui annonçait publiquement que l’entreprise avait mal communiqué autour de neuralMatch. Il faut tout de même reconnaître qu’Apple est en retard sur le sujet, avec un nombre de rapports de cas suspects dérisoire lorsque l’on compare ce nombre avec d’autres poids lourds du secteur, comme Facebook ou Google. Mais en même temps, ces derniers ne sont pas réputés pour tenir une politique respectueuse de la confidentialité de ses utilisateurs. Attention, je ne crache pas dans la soupe, on sait déjà que ces deux entreprises fonctionnent en exploitant les données de ses clients, c’est quelque chose qui est assumé de leur part, même si Google semble réellement accélérer sur le point de la vie privée.

Apple fait donc machine arrière, annonce qu’elle s’accorde des mois supplémentaires pour réfléchir à l’implantation de neuralMatch de la manière la plus respectueuse de la vie privée possible. Ceci arrivera donc bel et bien, mais plus tard par le biais d’une mise à jour qui sera déployée sur nos appareils iOS et nos Mac.

La situation reste néanmoins très inconfortable pour Apple, car elle prône la confidentialité des données de ses utilisateurs depuis plusieurs années, elle en a même fait un point clé dans la communication autour de ses produits et ses services.

La confidentialité et la vie privée doivent rester des éléments fondamentaux, tout comme la lutte contre les pratiques pédocriminelles. Le tout étant de réussir à conjuguer ces deux éléments de l’équation, et il semble que la tâche soit extrêmement compliquée. Selon moi, c’est quasiment impossible de réussir un tel exploit, car la lutte contre les photos à caractère pédopornographique consiste par définition à inspecter les photos des personnes potentiellement incriminées.

Je voudrais quand même terminer cet article vous expliquant mon avis sur une petite réflexion.

Aujourd’hui, nous utilisons tous des smartphones, des ordinateurs, des tablettes, voire même des montres connectées, nous sommes tous sur internet, sur les réseaux sociaux.
Essayons de nous souvenir de la toute première fois où nous nous sommes connectés à Internet, cette place publique, cette multitude d’éléments qui devient soudainement à notre portée.

Je ne serais pas surpris de savoir que vous ne vous souvenez pas de ce jour, c’est normal, car cherche femme var ce geste qui semblait banal il y a plusieurs années est en réalité le jour où nous avons renoncé à notre confidentialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *