Test des ampoules NanoLeaf Essentials

Récemment, j’ai découvert la présence d’ampoules NanoLeaf sur l’Apple Store en ligne. J’ai été surpris par un point en particulier : le prix.

A 19,95€, cela en fait probablement la solution de grande marque compatible HomeKit la moins chère du marché, mais aussi la plus avancée. En effet, ces ampoules supportent le protocole Thread. Elles sont en plus de ça compatible avec Google Home et Amazon Alexa !

Aujourd’hui, je vais vous parler un peu de tout ça. Elles sont disponibles sur Amazon ou chez Apple au prix de 19,99€.

Jusqu’à maintenant, j’utilisais une solution proposée par Calex, souvent vendues chez Carrefour à un tarif défiant toute concurrence (entre 7,99€ et 9,99€ selon les offres en cours) mais elles ne sont pas compatibles HomeKit.

Déballage des ampoules

Déjà, NanoLeaf surprend avec son emballage. Il est en deux parties, et vous serez guidé si vous ouvrez la boîte du mauvais côté. La partie cartonnée blanche se retire en premier, puis la lampe se déballe depuis le haut.

En terme de design, c’est assez inhabituel. Plutôt qu’un globe lisse, on se retrouve avec une lampe à plusieurs faces relativement plates, qui rappelle les produits NanoLeaf.

Sinon, dans l’emballage, vous retrouverez une notice d’utilisation, un guide de sécurité (on est habitués) et le fameux QR Code permettant l’utilisation des lampes avec HomeKit.

Installation

Pour l’installation, c’est très simple : on éteint l’interrupteur (ou carrément le disjoncteur général, si vous n’avez pas trop confiance en votre installation électrique), on visse l’ampoule dans le culot, on remet le courant et c’est parti. L’ampoule s’allume en blanc, on peut passer à la configuration.

Les ampoules NanoLeaf A19 sont équipées d’un culot E27, standard à la plupart des luminaires. De mon côté, j’ai encore des douilles de chantier dans mon appartement, du coup j’ai rusé. Il existe des packs d’adaptateurs B22 – E27 super simples à mettre en place.

Maintenant, il va falloir vous munir de votre iPhone, iPad ou iPod touch, compatible HomeKit. On se rend dans l’application Maison, on ajoute un appareil et on scanne le QR Code (soit celui imprimé sur la petite carte fournie dans la boîte, soit celui imprimé directement sur l’ampoule)


Votre appareil mobile vous proposera alors de placer l’ampoule dans une pièce, la nommer et… C’est tout, tout est prêt.

Par défaut, les ampoules se connectent en Bluetooth à votre iPhone, ce qui est plutôt contraignant : On a de la latence, la connexion est très intermittente.

C’est là qu’entre le protocole Thread en jeu.

Thread

Ce protocole est nouveau, il apporte un tas d’innovations pratiques : c’est un réseau maillé où chaque élément connecté à votre réseau peut servir de nœud, ce qui permet d’avoir un réseau très vaste. Chaque nouvel élément est connecté automatiquement au réseau existant. Ces éléments ne se connectent pas en Wi-Fi, ce qui évite de surcharger votre routeur Wi-Fi.
Cependant, il faut quand même un élément qui relie l’ensemble à votre réseau local et à internet. Il existe déjà plusieurs ponts à plusieurs prix (à partir de 99€): Nest Wifi, Nest Hub et Nest Hub Max chez Google, HomePod mini et Apple TV 4K (2021) chez Apple.
Dans mon cas, je suis équipé d’un HomePod mini et d’une nouvelle Apple TV 4K.
l’objectif à terme est apparemment de centraliser tous les éléments domotique, quelle que soit la plateforme.

Effectivement, la connexion est rapide et sans prise de tête, aucun code à rentrer, aucun mot de passe à saisir. Tout se fait tout seul !

L’utilisation du réseau Thread est vraiment plus pratique que le Bluetooth, la latence se trouve quasiment inexistante, le contrôle est possible depuis l’extérieur du domicile et comme précisé plus haut, finie la liste interminable de produits connectés en Wi-Fi à mon routeur !

Niveau éclairage

Maintenant, on va parler de l’essence même d’une lampe : son éclairage.

L’ampoule est vendue comme supportant jusqu’à 16 millions de couleurs. Etant habitué à mes ampoules Calex pas chères, dont les couleurs sont assez délavées et pas très précises, j’ai été bluffé par les NanoLeaf. Voyez par vous-même :

Eclairage blanc

Eclairage rouge

Eclairage bleu

Eclairage violet

Eclairage vert

Dans tous les cas, la luminosité était réglée à 100% depuis l’application Maison.

Concernant l’utilisation du matériel compatible HomeKit, j’essaie autant que possible de me passer des applications des constructeurs des accessoires. Je perds certaines fonctionnalités, notamment l’éclairage circadien (qui adapte la lampe en fonction de l’heure de la journée) mais je gagne grandement en intégration. Si vous voulez que je vous parle de l’app, je vous ferai un article dédié.

Conclusion

Pour conclure, j’aimerais insister sur le tarif demandé pour des ampoules de cette qualité. Elles ont l’avantage d’être proposées par une marque connue, contrairement aux accessoires à bas coût de marques inconnues proposées sur Amazon.

Leur intégration avec HomeKit est parfaitement fonctionnelle, on a accès à quasiment toutes les fonctionnalités proposées à la fois par les ampoules, mais aussi par l’application Maison d’Apple.

En quelques mots, si vous voulez des lampes HomeKit pas chères, foncez sur celles-ci, quand elles seront de retour en stock directement chez Apple !

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a plu, posez vos questions dans les commentaires, j’y répondrai avec plaisir !

 

Ces produits ont été achetés par mes propres moyens. Les liens Amazon sont affiliés. 

Test du Nest Hub Max de Google

Aujourd’hui, je vous propose un petit test du Nest Hub Max de Google. Je vais vous expliquer son intérêt et l’utilisation que je fais de cet appareil dans ma vie quotidienne.

Qu’est-ce que c’est ?

Le Nest Hub Max, dérivé du Nest Hub, est au final une tablette de 10 pouces qui est destinée à rester à la maison.
Son utilisation principale est essentiellement liée à la domotique, la consommation de contenus vidéo ou audio, il apporte un assistant vocal et… c’est à peu près tout.

Comment je l’utilise ?

Mon Hub est posé sur ma table de nuit, à côté de mon lit, je l’utilise principalement de trois façons : Gérer mes lampes connectées (je ferai un article à ce sujet), regarder des vidéos YouTube et écouter des podcasts.

Evidemment, l’idéal est d’avoir un écosystème Google à la maison, sinon l’objet perd une partie de son intérêt. 

Je l’utilise également comme réveil le matin, de temps en temps, ce qui est pratique car l’expérience démarre avant même la sonnerie du réveil. J’y reviens un peu plus loin dans la partie domotique.

Par défaut, l’écran affiche en permanence l’horloge que vous avez paramétré.

Le Nest Hub Max en détails

L’accueil s’organise en plusieurs parties en haut de l’écran : Votre soirée (ou journée, c’est selon), Contrôle de la maison, Contenus multimédias, Communiquer. A droite de ces catégories, vous retrouverez l’heure. Le fonctionnement de l’écran d’accueil est basé sur des gestes qui vous donnent accès à tous les éléments nécessaires (un glisser de la gauche vers la droite vous permet de revenir en arrière, un glisser du haut vers le bas affiche le contrôle de la maison, un glisser du bas vers le haut affiche une barre avec quelques raccourcis utiles.)

Sous la partie Votre soirée, vous retrouverez les éléments essentiels : La météo, les livraisons prévues, les éléments de votre agenda, le contrôle des éléments connectés de la pièce dans lequel est situé votre Hub, un raccourci vers l’alarme qui vous affiche l’heure programmée et une case qui vous propose de mettre des sons relaxants. C’est pratique d’avoir en un coup d’oeil l’intégralité des informations utiles. 

Concernant le contrôle de la maison, vous retrouverez ici l’ensemble de vos éléments connectés pour la domotique. Vos lumières, caméras et vos routines Google Assistant apparaîtront ici, toujours à portée de main. Tout peut être contrôlé ici. 

Pour la partie Contenus multimédias, vous retrouverez ici quelques suggestions de vos applications les plus utilisées sur le Nest Hub Max. Dans mon cas, on retrouve des suggestions YouTube et YouTube Music, ce qui vous permet d’avoir un accès rapide à du divertissement. 

Sachez que le Nest Hub Max se comporte exactement comme un Chromecast, son OS en est d’ailleurs dérivé, ce qui vous permet d’avoir accès à tout le contenu Chromecast sur son écran de dix pouces, notamment YouTube, Netflix, myCanal, Molotov et Disney+.

Enfin, pour l’onglet Communiquer, vous retrouvez des fonctionnalités de contact, comme par exemple Annoncer, qui permet d’émettre un appel sur toutes les enceintes Google Home de votre maison, on nous offre également la possibilité d’appeler une autre enceinte seulement, ou bien passer des appels Google Duo, car ce produit dispose d’une caméra.

Justement, cette caméra est considérée comme un produit Nest, vous pouvez donc l’utiliser avec toutes les fonctionnalités inhérentes à Nest, comme la surveillance de la maison, la détection de mouvements et l’enregistrement des captures effectuées par la caméra. 

Enfin, vous retrouverez des paramètres directement intégrés au système, permettant de gérer l’écran, le cadre photos et avoir des informations sur votre produit.

Le Nest Hub Max, côté multimédia

Comme je vous l’indiquais plus haut, l’une de mes utilisations principales est la consommation de contenus multimédias. 

J’écoute régulièrement des podcasts et je regarde des vidéos sur YouTube ou Les Simpsons sur Disney+

Vous retrouvez néanmoins toutes les commandes de lecture/pause, suivant et précédent rapidement, exactement comme sur un smartphone, en touchant simplement l’écran. 

J’avais avant ce modèle un Nest Hub de première génération, et la plus grande différence (en dehors de la taille de l’écran) se trouve dans la qualité du son. Le Nest Hub Max peut aisément remplacer une enceinte connectée tant la qualité sonore est bonne, il vous permettra de sonoriser sans problème une pièce, tout ça intégré dans un format relativement compact.

Le Nest Hub Max, côté domotique 

Ma deuxième utilisation concerne la maison connectée. Avoir un accès rapide à tous les contrôles de mes lampes connectées est très pratique, car on peut toutes les éteindre d’un coup, soit en utilisant l’écran tactile, soit avec l’assistant Google.

Comme indiqué plus haut, je vous parlais d’une fonction réveil matin. Celle-ci prend encore plus de sens, car le Hub Max est capable d’allumer vos lumières connectées progressivement avant la sonnerie de l’alarme, permettant un réveil plus sain en simulant le lever du soleil. 

Lors de l’utilisation du réveil, vous pouvez également configurer vos routines Google Assistant. Par exemple, lorsque mon réveil sonne, la lampe de ma salle de bains et celle de ma cuisine s’allument. Si j’avais une cafetière connectée, je pourrais ajouter le fait de faire couler mon café. Même chose pour les volets. 

Vous pouvez également consulter en permanence les caméras présentes dans votre domicile, et si vous êtes équipé d’une sonnette Nest, voir la personne qui sonne à votre porte. 

Conclusion

Pour conclure, le Nest Hub Max est un produit que j’aurais eu du mal à vous conseiller à sa sortie, surtout au prix public de 229€. En effet, l’appareil était très simplifié, l’écran d’accueil n’existait pas et vous deviez majoritairement l’utiliser à la voix ou avec l’aide d’un smartphone (on ne pouvait même pas changer le cadre photo sans utiliser l’application Google Home sur un smartphone ou une tablette…)

Aujourd’hui, le produit est devenu mature, il est régulièrement mis à jour avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités, le rendant plus indépendant. Donc si vous avez besoin d’un appareil pour gérer votre maison connectée, regarder ou écouter du contenu en streaming, il est fait pour vous. Il prendra naturellement sa place dans une cuisine par exemple. 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager, et si vous avez des questions, les commentaires sont ouverts !

Ce produit a été acheté par mes propres moyens. Les liens Amazon sont affiliés.